La cascade du Bayehon

Décidément la petite revue pdf des ” 20 randonnées pédestres incontournables” m’aura pas mal inspiré cette année. Après le barrage de Nisramont, Villers-la-Ville, Chimay, c’est celle qui permet d’accéder à la cascade du Bayehon qui me donne envie ! Le temps est parfait, les couleurs de l’automne sont encore fortement présente, toutes les conditions sont réunies pour passer une bonne journée dans les Hautes Fagnes.

La cascade du Bayehon

La randonnée commence à l’église du village, un classique. On traverse ensuite quelques prairies avant de s’enfoncer dans les bois où les caillebotis dessinent le chemin à emprunter jusqu’à la route qu’il faudra traverser pour continuer la randonnée. La première montée permettra de faire un peu monter le cardio avant de revenir sur du plat jusqu’à la cascade. Attention, le balisage est peu présent à certains moments. Nous nous sommes égarées dans la forêt de sapins, ce qui nous a permis de tomber sur deux biches avant de retrouver notre sentier vers la cascade du Bayehon. Le doux bruit de l’eau nous berce quelques instants même si nous ne sommes pas les seules à l’admirer. Quelques bancs permettent de profiter de l’instant plus longtemps ou de faire la pause pique-nique. Le décor me fait penser au Canada et à la chute de Montmorency. C’est très beau !

La trace GPX

On continue ensuite jusqu’au point d’eau qui sera notre pause pique-nique à nous. Bonne et mauvaise idée. Il fait très froid au bord de l’eau et les herbes sont d’ailleurs encore gelées malgré qu’il est passé midi. Mais ce joli contraste avec les sapins et le ciel bleu est plutôt charmant ! Comme d’habitude, j’ai emballé ma tartine avec mon emballage en tissus et j’ai de l’eau bien fraîche grâce à ma gourde Hydroflask. On continue ensuite notre chemin et là c’est le drame. Après quelques kilomètres, on se rend compte qu’on a manqué un marquage et oublié de tourner à gauche. On se retrouve sur le chemin du retour. On décide d’emprunter un sentier pour revenir sur notre itinéraire de base pour éviter de faire demi-tour. Me voilà occupée à escalader une pente de 60 degrés remplie de petits gravats d’ardoises avec l’aide de mon bâton de marche. Un bon exercice cardio en plus de me demander un effort extrême à cause de mon problème de vertige. On réussit à arriver au bout de cette pente “alpine” d’après Komoot. Je n’ai pas été assez attentive à ma trace GPX.

Le Château de Reinhardstein

Au loin, on aperçoit le château qu’on longera un peu plus tard. À côté, il y a une cascade, mais nous avons perdu du temps lorsque nous avons emprunté le mauvais chemin et le soleil se couche dans moins d’une heure. On décide de ne pas s’éterniser et nous reprenons notre route jusqu’à l’église qui clôturera cette magnifique balade. Attention, les ponts en bois c’est pratique et joli, mais c’est également glissant avec du verglas, et des feuilles mortes. Je suis tombée quelques fois malgré ma vigilance.

Voilà ce que nous avons réellement fait, 17 km en 5h30 de marche, au lieu de 14km et 4h30 de marche. Nous nous sommes perdues au point 4 et au point 14. Malgré ce léger souci d’orientation, j’ai adoré la randonnée qui demande beaucoup d’énergie à cause de la longue distance et un petit effort cardio de temps à autre. Elle peut facilement se faire si vous êtes débutant mais bien équipé. 

/ Caroline

Laisser un commentaire